Attention, ce billet contient une image graphique…

L’utilisation d’un graphique pour illustrer un phénomène est une pratique classique. Le graphique permet souvent de transmettre une grande quantité d’informations en un minimum d’espace et rend un texte plus vivant. Le graphique permet aussi de faire ressortir des tendances, de mettre l’accent sur des phénomènes particuliers. La schématisation des données est élément essentiel dans la publication scientifique et permet aux rédacteurs d’articles scientifique et d’actualité de présenter de façon intéressante le résultat de leurs recherches.

C’est d’ailleurs ce qu’a fait le Journal de Québec dans son édition du 11 novembre dernier. En effet, dans un dossier titré «Des Québécoises forcées de se faire avorter au É.-U» occupant les pages 4 et 5 du journal, on nous explique que des patientes québécoises désirant se faire avorter doivent se rendre aux États-Unis parce que leur grossesse est si avancée que les médecins québécois refusent d’en faire l’interruption. Sans faire la critique de cette situation, observons les chiffres présentés dans l’article. Consigne: en quelques coups d’œil, résumez dans votre tête le contenu des deux graphiques suivant.

Sans titre
Étudions le graphique suivant présenté dans l’article.

Je parie que vous en avez retenu que le nombre d’avortements pratiqués aux États-Unis a largement augmenté et le nombre d’avortements pratiqués au Québec a largement chuté dans les dernières années. C’est tout à fait normal, c’est effectivement l’impression que donne ce graphique. Mais, au-delà de l’impression, que disent vraiment ces graphiques? Approfondissons.

Prenons d’abord le deuxième graphique. Il est mauvais mais vraiment moins mauvais que le premier (que nous nous garderons pour le dessert). Dans ce deuxième graphique, on voit la variation du nombre avortements faits entre 2008 et 2011. Le problème fondamental du graphique vient du fait que l’axe vertical n’est pas identifié et est coupé. Mettons les choses au clair : il ne faut jamais présenter un graphique chronologique (présentant des données qui varient dans le temps) sans axe vertical identifiant les valeurs et il très peu recommandé d’en couper les axes.

Ne pas respecter cette dernière consigne peut rendre la variation relative de la hauteur des bandes trompeuse. Par exemple, comparez visuellement la deuxième et la troisième barre du graphique : la première est deux fois plus grande que la seconde, ce qui semble indiquer qu’il y a eu deux fois moins d’avortements en 2010 par rapport à 2009. Or, quand on fait le calcul, on se rend compte qu’il y a eu une baisse de seulement 1,4% entre les deux années (\frac{26497-26197}{26497}=-0,014=-1,4\% ).

Le graphique montre une modification drastique due à son axe tronqué alors qu’en réalité la tendance est presque négligeable. En fait, la bonne interprétation que vous devriez tirer de ces chiffres est que le nombre d’avortements est relativement stable au Québec, interprétation qui n’est pas du tout évidente au premier coup d’œil (sans regarder les chiffres).

Maintenant, observons le premier graphique. Disons-le clairement, si un étudiant me présentait un tel graphique, il entendrait parler de moi longtemps (et c’est publié dans un journal sérieux…) Depuis au moins l’Antiquité, toutes les langues dérivées du grec et du latin se lisent et s’écrivent de gauche à droite. Demandez à un enfant de vous dessiner une ligne des nombres ou une frise historique et il tracera une flèche dont l’origine est à gauche et l’extrémité fléchée est à droite. La personne qui a conçu ce graphique a choisi de défier cette convention presque universelle. Si je supposais la mauvaise fois des gens, je dirais que ce graphique a été conçu pour nous tromper. En renversant la présentation, on fait dire exactement le contraire de ce que disent les données.

Si vous êtes comme moi, en regardant rapidement ce graphique, vous vous êtes dit: «Oh la la, le nombre d’avortements faits aux États-Unis a beaucoup augmenté dernièrement!» Vous avez fait cette analyse parce que vous avez regardé les nombres d’interruptions de grossesse de gauche à droite, comme pour tous les graphiques qui vous sont présentés dans la vie (même le deuxième graphique de notre exemple!). Or, la réalité est toute autre en fait. Le nombre d’avortements pratiqués aux États-Unis a beaucoup diminué, de 69% plus précisément (\frac{12-42}{42}=-69\% ). Difficile de ne pas penser que cette présentation a été faite pour donner l’impression que le phénomène s’aggrave, justifiant de s’en indigner dans un article. Dans les faits, si les chiffres sont corrects, la tendance est totalement inverse et on peut penser que la situation pourrait se régler d’elle-même.

De façon plus générale, on peut aussi mettre en perspective les chiffres présentés dans l’article. En 2011, 26 248 avortements ont eu lieu. De ce nombre, environ une vingtaine ont dû être effectués du côté américain parce qu’ils ont été refusés au Québec. On parle donc de moins de 1 avortement sur 1000 qui doit être fait à l’étranger. Est-ce une situation alarmante? Assez pour justifier un article aussi noir? Je ne le crois pas, surtout considérant que la tendance est à la baisse depuis 4 ans.

Présenter des données dans un graphique est une chose très positive lorsque cela est bien fait. Cependant, lorsqu’on le fait mal, on peut induire ses lecteurs en erreur en présentant un vision erronée. Comme rédacteur, il faut faire attention d’illustrer ses textes au moyen de graphiques bien construits, facilitant la lecture et présentant l’information de façon juste. Comme lecteur, je vous invite à toujours porter un regard critique sur les données illustrées, particulièrement dans le cas où un axe est absent ou tronqué. Cette vigilance vous sauvera probablement régulièrement d’être enfirouapé par un graphique trompeur.

La semaine prochaine, je compléterai la formation sur le test du khi-carré avec un exemple tiré de l’actualité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s